Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Protocole d’ouverture des lieux de culte et des activités de la IEE

Communiqué de la Commission Permanente de la IEE du 30 avril 2020, site de l’Eglise Evangélique/Réformée Espagnole

« Dieu, garde-moi, car j’ai fait de toi mon refuge » (Psaume 16 : 1)

Note du traducteur : quand cet article paraîtra, ce qui était annoncé le 30 avril aura eu lieu. Nous choisissons cependant de conserver la forme originale.

Notre principale préoccupation en cette période de pandémie concerne la santé des personnes, conséquemment à l’exercice de notre responsabilité chrétienne et citoyenne. C’est le témoignage principal et nous tenons à exprimer notre reconnaissance pour le tissu relationnel de nos communautés, dans le cadre de nos Presbytères (régions ecclésiastiques), qui a été solide et a manifesté un effort de fraternité. Nous voulons maintenir ces valeurs en vue de sortir de l’état d’alarme (urgence plutôt ?) et nous avons besoin que le soin pastoral pour tous et toutes soit exercé. Le Psaume 16 nous signale que nous plaçons en Dieu notre confiance ; jusqu’ici il nous a gardés et nous sommes confiants qu’il va continuer à le faire.

Les indications que nous avons du nouveau « Plan de transition vers une nouvelle normalité » signalent qu’il sera possible de célébrer un culte public avec un 30% de capacité de réunion à partir du 17 mai. Un schéma explicite la chronologie de l’état d’alarme, composé de quatre phases de mars à mai, comprenant le déconfinement progressif.

Comme vous avez pu le constater dans les informations de la Commission Permanente, nos services sociaux ont poursuivi leurs activités pour s’occuper d’un grand nombre de personnes. Les protocoles que nous avons élaborés se sont avérés exemplaires et nous avons reçu la reconnaissance de l’administration locale dans chacun des emplacements où nous sommes actifs. Le suivi strict des mesures de protection a permis d’offrir un service et un témoignage.

Au moment de récupérer nos activités cultuelles et communautaires nous devons suivre le même schéma de soins et de protection, d’une part pour renforcer l’attention auprès des personnes et d’autre part pour contribuer à la normalisation de la circulation citoyenne, améliorer la communion et le vivre ensemble en évitant les pas en arrière concernant la santé et l’économie. Presbytères et communautés doivent se coordonner pour répondre aux indications spécifiques des provinces et des autonomies dans le cadre des phases établies pour chaque territoire.

Dans sa contribution, le président du Gouvernement annonçait le 11 mai comme date d’entrée dans la phase 1 pour toutes les provinces répondant aux exigences du Plan. Un schéma donne une idée de la manière dont la situation peut évoluer.

Pour nos Eglises  le culte et la vie communautaire sont centraux, car la possibilité de se réunir à nouveau revêt une importance certaine. Nous sommes impatients et nous serons heureux de reprendre nos activités dans le cadre des possibilités offertes. Le respect de la légalité et des recommandations en vigueur dépend de la responsabilité personnelle et communautaire.

  1. Culte uni d’action de grâce et d’intercession

La Commission Permanente va proposer un culte uni pour le 10 mai, relayé par les moyens électroniques. Ce sera la possibilité de rendre grâces à Dieu, unis par les forces qu’il nous a données, et placer dans ses mains la période de transition qui est devant nous. Nous voulons avoir une pensée pour toutes les victimes de cette pandémie. Ce culte sera accessible par le canal électronique et sera disponible le dimanche 10 mai à 11h. Il s’agira d’un culte enregistré préalablement, proposé par la Commission Permanente, pour célébrer le Seigneur qui nous soutient en toutes circonstances.

La phase 0 du Plan de transition est une phase de préparation ; nous ne pensons pas qu’il y ait beaucoup de temps. Ainsi il est prévu que l’ensemble des phases se termine le 30 juin. La préparation pour l’ouverture des lieux de cultes et la reprise des activités doit être une affaire de conscience ; l’information doit être donnée avec clarté et avec soin pour prévenir de possibles complications et préserver la santé. Il s’agit de faire la collecte des éléments qui facilitent les moyens sanitaires prévus : masques, gel hydroalcoolique et désinfectant.

Considérant la désinfection comme souhaitable, la Commission Permanente a révisé les possibilités de désinfection et les possibles complications (contrôle de la concentration de l’ozone) et il n’est pas possible de prendre une solution générale pour des raisons qui tiennent aux coûts. Si une communauté a des possibilités au travers de ses contacts propres ou des services municipaux qui offrent cette solution, on peut en tenir compte. Cependant, les temples sont vides depuis un temps certain et compte tenu de la survie du virus sur différentes surfaces il n’est pas impossible qu’il y ait contamination.

Il est conseillé d’avoir un « protocole de désinfection » où il est spécifié quand et comment procéder pour la désinfection. Le minimum serait de le faire avant de commencer une activité et à la fin de celle-ci, y compris pour les bibles et les recueils de chants ainsi que pour toute surface touchée. Nous recommandons que les surfaces qui ont touchées soient nettoyées avec un désinfectant adéquat.

– Organiser la circulation des personnes pour éviter les croisements entrée/sortie.

– Eviter tout contact physique dans les salutations.

– Rappeler aux personnes de se laver les mains avec du savon avant et après une activité.

– La capacité d’occupation dans un temple dans la première phase (depuis le 11 mai, probablement) est de 30%. Dans la phase 2 (sans date pour l’instant) elle sera de 50%.

– Les personnes avec des symptômes grippaux ou en contact avec des malades ne devraient pas participer à une activité ou au culte.

– Les personnes de plus de 70 ans, ou qui font partie de groupes à risque, les personnes atteintes de maladies chroniques ou de problèmes respiratoires ne devraient pas participer à une activité ou au culte.

– Cela concerne aussi les responsables d’Eglises ou les pasteurs.

– On doit respecter la distance de 1, 5 m entre les personnes assises sur des chaises ou sur des bancs.

Il s’agit de faire en sorte que les activités soient réduites au minimum et qu’une demi-journée se déroule entre un culte ou une activité et les suivants dans le même espace. Les rencontres intergénérationnelles, spécialement envers les seniors, doivent être évitées au maximum pour éviter de possibles contaminations.  

Les célébrations spéciales, comme les mariages, les actes de mémoire, les confirmations, etc, devraient être retardées au-delà du 30 juin. Les services funèbres doivent suivre les directives en vigueur.

Les sacrements peuvent être célébrés en maintenant les mesures prévues pour les activités ou les cultes en général, mais avec un soin particulier concernant la distanciation physique. La pratique générale avec une Sainte Cène mensuelle au début du mois ne devrait pas être célébrée jusqu’au premier dimanche de juin. Dans tous les cas, tant dans la préparation comme dans la distribution de la Sainte Cène, il faut tenir compte de la distanciation physique, en prenant garde que deux personnes ne touchent pas la même surface, même si elles portent des gants, par exemple en passant la coupe ou en distribuant le pain. La plus grande prudence est de rigueur.

Dans le cas où des communautés ont normalement une célébration de la Sainte Cène chaque semaine, il est recommandé de respecter la période de transition, en réduisant au minimum, une fois par mois, la célébration de la Sainte Cène, ou de reporter toute célébration de ce type à la fin de la période de transition.

En général il s’agit de continuer à prêter attention aux indications concernant les rencontres de groupes, à savoir que les activités qui sont autres que les cultes soient suspendues jusqu’à la fin de la transition. Nous devons maintenir un soin particulier dans l’attention auprès de nos aînés, pour éviter d’autres contaminations et de compliquer la vie des plus fragiles, par exemple en évitant les visites pastorales, mis à part les cas exceptionnels.

S’agissant des pasteurs qui s’occupent de communautés dans diverses provinces, la recommandation est d’attendre que la mobilité au sein du territoire soit plus ample ou d’obtenir un certificat du Presbytère permettant un déplacement pour des raisons professionnelles.

Des documents sur la procédure du Plan de transition sont disponibles sur le site internet à partir des liens suivants :

https://issuu.com/prisarevistas/docs/plan_de_desescalada

https://issuu.com/prisarevistas/docs/anexo2