Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

L’Identité évangélique (réformée) espagnole, IEE, très « espagnole »

Source : Lupa protestante, 27.02.2019, Juan Sanchez Nuñez

Avec une profonde tristesse je lis l’information que « Protestante digital » publie sur ce qui est advenu au Forum convoqué par la FEREDE pour réfléchir sur l’identité évangélique et « espagnole » (c’est moi qui ajoute). Pour être juste avec les limites, les conditions et la portée de ce qui a été traité dans ce Forum, quelle est cette « identité évangélique » qu’on nous sert dès qu’on traverse les Pyrénées, je me demande moi, avec beaucoup de chagrin et douleur pour mes frères évangéliques espagnols.

Il est évident que cela ne sert qu’à mettre en avant l’incapacité des Eglises évangéliques espagnoles à dialoguer d’une manière approfondie, sincère et fraternelle, sur une question complexe et polémique sur laquelle il est impossible qu’un Forum de « convaincus » puisse apporter la moindre lumière.

Quel manque de rigueur, d’honnêteté intellectuelle et d’esprit évangélique a présidé ce Forum !

Mais ma stupéfaction et ma tristesse n’est pas le lieu à partir duquel il s’agit de débattre sur des questions scientifiques et théologiques. Mon objectif est plus modeste ; je prétends seulement faire réfléchir mes frères sur les conditions et la portée de ce qu’ils ont mené à terme. Je crains que, comme je le suggère dans le titre, cela puisse à peine avoir une valeur « au-delà » des Pyrénées.

Qui ne vit pas avec une mentalité enfermée dans un carcan, comme nous le connaissons, sait que « l’identité évangélique espagnole » qu’on a voulu définir dans ce Forum est exclusive pour une grande quantité d’Eglises évangéliques réformées européennes, et n’a pratiquement pas de valeur à l’extérieur de nos frontières. A partir de là, à la lecture des documents du Forum, me vint à l’esprit la manière dont l’ex-président Mariano Rajoy mettait en avant l’orgueil patriotique : « l’Espagne est une grande nation, et les Espagnols sont très Espagnols ».

Et comme souvent, un exemple est plus éclairant que mille arguments, j’invite mes frères évangéliques espagnols à prendre connaissance, ne serait-ce qu’un peu, du processus, qui dura des années, que l’Eglise baptiste en Italie mena à bien jusqu’à accepter des pasteurs et pasteures homosexuels dans ses églises. Une Eglise qui ne fut pas seule dans ce processus qui prit un certain temps, car les Eglises Méthodiste et Vaudoise y étaient également impliquées.

Oui, frères évangéliques espagnols, ces trois Eglises protestantes « historiques » en Italie ont étudié pendant des années cette question controversée, subissant parfois des divisions ou le rejet de certains membres, mais ils ne fermèrent pas les yeux face à l’exclusion et à la souffrance de beaucoup de membres homosexuels de leurs Eglises. Ce fut cette sensibilité humaine et spirituelle qui mit en marche le processus « chercher la vérité dans l’amour », un processus de discernement de l’Esprit qui les conduisit à accepter dans leurs communautés des personnes dont l’orientation sexuelle était différente, comme des membres de plein droit, acceptant dès lors qu’ils puissent exercer le ministère pastoral.

Je peux témoigner personnellement du grand bénéfice spirituel que j’ai obtenu de certains pasteurs gay ou pasteures lesbiennes que j’ai connus, pendant les vingt années où j’allais en visite régulièrement en Italie, mon épouse étant membre d’une Eglise baptiste italienne. Mais outre l’Italie, si nous passons les Pyrénées, nous arrivons en France. Je me demande ce que diront nos frères protestants en France quand ils seront informés de cette « identité évangélique espagnole ». Il est clair que les Eglises évangéliques (protestantes) « historiques » en France, en Allemagne, en Hollande, etc, ne pourront dire que les Eglises Evangéliques en Espagne se sont prononcées d’une manière précipitée et superficielle sur un thème qui exige bien plus de discernement dans l’Esprit, afin d’être traité avec un minimum d’amour et pour la vérité.

Arriver aux conclusions auxquelles les Eglises protestantes européennes sont parvenues a nécessité des années de réflexion et de dialogue, de recherche de la vérité, etc. Tandis qu’en Espagne, certains ont voulu « régler » la question en quelques mois et dans un processus qui, à tout le moins, peut être qualifié d’hermétique, superficiel et exclusif. Exclusif car on n’a pas créé les conditions nécessaires qui auraient permis que la seule Eglise qui a suivi un processus long, difficile, de discernement douloureux sur ce problème ne soit pas exclue, puisse participer et être écoutée (note du traducteur : il s’agit de la IEE).

Mais ce n’est pas cette douleur qui motive cet article, ce qui me pousse à écrire, c’est ce qui se produit lorsque je vois mes Eglises sœurs agir d’une manière tellement précipitée, superficielle et fermée au moment où il s’agit de décider face à la souffrance de beaucoup de membres qui ne rencontrent pas chez leurs frères et sœurs la plus minime compréhension de leur situation.

Ne nous trompez pas, frères, ce n’est pas accepter les personnes homosexuelles que de leur dire que, certes, ils peuvent être membres d’Eglises, mais toujours et seulement quand ils ne sont pas ce qu’ils sont et ne vivent pas ce qu’ils vivent. Pour être membres de vos Eglises, ils doivent nier une part essentielle d’eux-mêmes, ils doivent nier leur sexualité qui, même vécue dans l’amour, est péché. Quelle absurdité !! Oui frères, je me scandalise de votre scandale ; ce que je poursuis dans cet article c’est de vous inviter à réfléchir sur la manière dont ce Forum fut organisé et, à partir de là, sur les conclusions auxquelles vous êtes arrivés (les mêmes qui étaient celles avec lesquelles vous êtes arrivés au début). Je ne vais pas aller plus loin pour dire comment les Eglises évangéliques espagnoles abordent les questions où devraient prévaloir l’unité dans la diversité, comme c’est le cas en Europe.

Frères, soyons un peu plus sérieux et rigoureux (voyez l’Europe qui est juste là de l’autre côté des Pyrénées !), soyons plus protestants et donnons du temps à l’Esprit Saint, dont je suis sûr qu’il nous aidera à discerner comment nous devons accueillir et accompagner ces frères qui souffrent en silence dans tant d’Eglises évangéliques parce qu’ils sont désignés comme ayant une orientation sexuelle déviante. Quelle ironie que la IEE (Eglise Evangélique/Réformée Espagnole) dont je suis issu ait défini une Identité Evangélique Espagnole (IEE) inclusive, pluraliste et espagnole, après des années d’expériences, de réflexion et de discernement de l’Esprit ; et que la FEREDE, dans ce Forum, ait défini, en quelques mois, une Identité Evangélique Espagnole (IEE) exclusive et sans valeur au-delà de nos frontières. Frères évangéliques protestants, beaucoup parmi vous me connaissez, et je suis convaincu que vous savez que je parle selon mon cœur. Soyons plus évangéliques (protestants) ! Recherchons la vérité dans l’amour !

Juan Sanchez Nuñez

Juan Sanchez est professeur de théologie au SEUT (Faculté de Théologie protestante, Madrid) et membre de l’Eglise de la Résurrection de la IEE.