Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Informations de la Commission Permanente

Source : InfoCP 110, février-avril 2020

La Commission Permanente s’est réunie dans sa 336e session les 20 et 21 février dans ses locaux, Calle Noviciado 5 à Madrid. Le 22 février eut lieu la conférence des Presbytères également dans la capitale.

Alors, quelle l’histoire… ?

Ce mois je rentrais de Buenos Aires, suite à une belle rencontre où j’ai fait la connaissance de la présidente de l’Eglise méthodiste du Royaume Uni, la pasteure Barbara Glasson.

Dans le cadre d’une conversation très inspiratrice, elle me fit part de la nécessité de « raconter des histoires dans les églises », l’idée étant de renforcer le tissu relationnel de la communauté de base. Ensuite je découvris qu’elle avait un livre sur le sujet, « So what’s the story » (Alors, quelle histoire… ?), qu’elle m’offrit et que j’ai lu avec plaisir. Je me suis même engagé à le traduire en espagnol.

L’idée de la pasteure Barbara Glasson et de son collègue Clive Marsh, vice-président de la même Eglise, me sert actuellement à réfléchir à ce que nous sommes en train de vivre, non seulement pour l’histoire que nous faisons et comment nous la faisons, mais aussi comment nous la raconterons. Dans un temps où les narrations s’entrechoquent et sont en compétition et où l’Eglise est mise au défi concernant une nouvelle narration plus inclusive et engagée, nous avons besoin d’être plus attentifs à notre manière de faire l’histoire.

Il ne s’agit pas d’éviter la question de la postérité, mais de la manière dont nous fixons la forme de notre vécu, comment nous déterminons notre agenda, et selon quels critères nous construisons notre vision des choses et notre analyse. L’Evangile est une narration, l’histoire qu’on nous a racontée, les histoires, ce qui nous suit en comptant sur l’Esprit.

Les Eglises sont un entrelacs d’histoires, personnelles, familiales, celles qui nous unissent avec divers collectifs et groupes ; sociales ou celles qui nous conduisent vers des options spécifiques qui « ont leur histoire ». Nous avons choisi, nous avons été choisis, pour faire partie d’une histoire qui nous oriente et qui nous aide à les interpréter, celle de l’Evangile. Comme nous chantions « Dis-moi l’ancienne histoire… ». Mettre en valeur l’entrelacs est une grande vertu, comme lorsqu’on apprécie un type de point déterminé dans la confection d’un pull.

Il est essentiel de nous laisser conduire par l’Esprit pour distinguer les éléments qui nous permettent de vivre et qui sont pourvoyeurs de sens. Bien des fois, ce que nous vivons, nous le vivons en fonction de ce que nous nous racontons à nous-mêmes. Barbara Glasson signale dans ses premiers chapitres que lorsque nous racontons une histoire nous parlons de nous-mêmes, ce que nous choisissons de raconter parle de nous-mêmes.

Jésus nous offre une alternative, et c’est celle que nous proclamons en tant qu’ Eglise : l’amour de Dieu nous sauve et nous libère. Ce temps difficile à vivre pour cause de pandémie exige de nous une parole d’espérance ; faisons de ce temps une histoire d’amour.

Pasteur Alfredo Abad, président de la Commission Permanente de la IEE

Conférence des Presbytères de la IEE 2020

La rencontre des Presbytères de la IEE (organes des régions ecclésiastiques), rassemblant les présidents et les trésoriers, est toujours une bonne occasion de prendre le pouls de la vie de nos communautés, ainsi que les pasteures et pasteurs. A cette occasion nous nous sommes réunis à Madrid avec des délégations de Catalogne, d’Andalousie, du Levant et de Madrid-Extrémadure-Aragon. La Commission Permanente et l’administrateur de la Caisse Centrale y participèrent également.

Notre réunion eut lieu dans les locaux de « l’église de Jésus », et nous fûmes accueillis avec le repas et le café préparés par Josefina Garcia, secrétaire du Conseil de paroisse, invités par le Presbytère de Madrid-Extrémadure-Aragon. Nous avons mis en commun les accords du Synode ainsi que les différentes situations pastorales, les nouvelles concernant les installations de Eva Dominguez, Teresa Sancho, Ricardo Moraleja, José Burguillo et la consécration de Ruben Bernal, ainsi que les perspectives au sujet du poste pastoral de Torrevieja.

Le deuxième sujet important à aborder fut celui concernant les finances, avec la clôture de l’exercice de l’année précédente et le budget pour cette année. Nous nous sommes engagés à suivre le calendrier prévu par la structure financière de la IEE approuvée par le Synode.

Nous avons reçu une information de chacun des Presbytères, au sujet de leurs attentes et du travail accompli lors de l’année passée. La Conférence n’est évidemment pas un Synode, cependant, ses rapports sont davantage orientés sur les questions pastorales et les projets des Presbytères (régions ecclésiastiques). Cela donne une spécificité à cette Conférence, car la Commission Permanente travaille avec ce que chaque Presbytère a comme défis et quelles les solutions il applique.

Nous rendons grâce à Dieu pour ce temps et le travail dont on a fait état à partir des différentes réalités territoriales. Nous avons à travailler pour faciliter la participation de tous les Presbytères à cette Conférence.

Greenfaith

La rencontre de la COP 25 s’est faite à Madrid en décembre 2019 ; elle fut une occasion de se mettre en contact avec le travail de divers organismes œcuméniques et interreligieux qui sont en train de lutter contre les effets du changement climatique. La COP 21, qui la Conférence de l’organe de la Convention dans le cadre des Nations Unies sur le changement climatique, réunit 196 nations en plus de l’Union européenne. En qualité d’observateurs, différents organismes œcuméniques ont participé à cette Conférence, pour une part en suivant les délibérations et les accords, avec une grande part d’Organisations gouvernementales ; pour une autre part, avec des activités parallèles, tant au siège de la IFEMA comme dans les activités organisées au sein du Campus universitaire « Complutense ». Les activités ont à voir avec les revendications et la sensibilisation visant à alerter les pays de la nécessité d’une participation active dans la société civile.

L’Eglise Evangélique/Réformée Espagnole accueillit différents actes à caractère interreligieux et œcuménique coordonnés entre autres par le Conseil Mondial des Eglises, la Fédération Luthérienne Mondiale et l’Alliance de l’Action Conjointe des Eglises (ACT Alliance). Entre les actes nous avons eu des conférences et des tables rondes, ainsi que des activités relatives à la spiritualité et à l’engagement de notre foi. Nous avons participé à un service œcuménique pour la Justice climatique le dimanche 8 décembre.

Une des activités fut un cours de formation pour les responsables avec l’objectif de développer un mouvement interreligieux pour la Justice climatique concernant l’environnement. Cela nous permit d’être en contact avec Greenfaith, un mouvement international engagé dans la lutte pour la Justice climatique à partir de la foi. La mission de Greenfaith est le suivant: Etant donné que la terre et toutes les personnes qui sont sacrées et se trouvent en péril, Greenfaith est en train de construire un mouvement climatique et environnemental global de multiples religions. Ensemble, nos membres créent des communautés pour que nous soyons transformés, ainsi que nos institutions spirituelles et la société, pour protéger la planète et créer un monde où la compassion, l’amour et la justice ont leur place.

L’Eglise Evangélique/Réformée Espagnole est en train de travailler pour s’incorporer à la mission de Greenfaith et pouvoir développer en Espagne la formation offerte par le matériel disponible. Pour plus d’information : www.greenfaith.org

Commission des ministères

Le samedi 8 février le pasteur José Burguillo fut installé dans l’église de l’Esprit Saint à San Fernando, Cadiz. Le culte d’installation fut présidé par le pasteur Israel Flores, premier secrétaire de la Commission Permanente et par Luis Pelegrin, président du Presbytère d’Andalousie. Le pasteur David Manzanas, responsable de la Commission des ministères, apporta la prédication. Les pasteurs d’Andalousie, José Manuel Mochon, Ruben Bernal, Eva Sosa, ainsi que la pasteure Teresa Sancho, du Presbytère du Levant, participèrent également au culte. D’anciens membres de l’Eglise de San Fernando furent présents, le pasteur et les représentants de l’Eglise qui ont loué le local de la IEE en ville de Cadiz.

Il faut souligner l’ambiance d’espérance et de joie ressortant de la communauté qui, en tout moment, exprima de multiples manières sa joie pour l’arrivée du nouveau pasteur et, concrètement, pour la personne de José Burguillo. A suite du culte, tous les participants furent invités à un excellent repas informel, préparé avec la contribution des membres de la communauté. Avec cette installation, le Presbytère d’Andalousie peut compter sur trois pasteurs à temps complet, Eva Dominguez, Ruben Bernal et José Burguillo, un pasteur à temps partiel, Manuel Mochon, et un pasteur assumant d’autres tâches sans responsabilité de congrégation, Israel Flores, membre de la Commission Permanente et doyen du SEUT (Faculté de théologie).

Nous rendons grâces à Dieu pour la nouvelle situation des communautés du Presbytère d’Andalousie, plein d’espérance et de motivation dans le présent et pour l’avenir, dans des communautés qui jamais, en dépit des moments difficiles qu’elles ont traversés, n’ont cessé de rendre compte de l’Evangile en annonçant le Royaume de Dieu. Soli Deo Gloria.

Semaine de prière pour l’Unité 2020

Une année de plus, la IEE a participé à la Semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens. Nous sommes reconnaissants d’avoir pu semer des semences de respect et de fraternité, en lien avec d’autres familles chrétiennes, appelés ensemble à témoigner de l’espérance évangélique. Nous sommes une Eglise qui, à partir de notre réalité concrète, souhaite poursuivre sa vocation qui cherche à tendre des ponts et créer des espaces où nous puissions tous vivre notre foi dans la liberté. Cela fait partie de notre identité protestante de regarder la différence de l’autre sans jugement et non pas uniquement en fonction de nos propres critères.

Nous remarquons également la participation d’autres dénominations protestantes qui peu à peu intègrent et assument ces journées de prières. Nous devons rester attentifs à la voix de l’Esprit et faire en sorte que notre conscience y reste sensible, car la suivre constituera toujours le chemin le plus  sûr et le plus honnête. 

Rencontre des femmes pasteures

Dialogue interreligieux et spiritualités en Europe du Sud

En janvier 2020, la pasteure Eva Domiguez, avec Gloria Perez, participèrent à l’événement organisé à Paris pour aborder le thème de « Nos expériences de femmes pasteures dans le dialogue interreligieux dans les pays latins ». Ce furent trois jours de travail intense, où il faut noter la participation de Corine Lanoir, qui chargée d’apporter la conférence lors de notre dernier Synode.

Il y eut une grande participation au cours des rencontres et nous eumes l’opportunité de partager les échos de nos expériences personnelles, à partir de différents contextes et de réalités variées, afin de pouvoir construire un récit commun d’aide et d’appui au dialogue interreligieux, dont on a tant besoin aujourd’hui, avec une visée spéciale pour le dialogue entre Bible et Coran. Tout ce travail eut son point de mire dans la réalité féminine dans les différents contextes religieux, avec une attention pour les jeunes et les enfants.

A partir du contexte européen, notre attention s’est portée vers d’autres régions moins favorisées, tant du point de vue économique que du point de vue des différences et des libertés liées au genre, comme c’est le cas en Afrique par exemple, d’où nous arrivent les voix des femmes engagées pour le changement. A travers l’étude biblique participative et active, on tenta de construire un nouveau paradigme visant à travailler pour la liberté et l’acceptation de l’autre, pour former un espace commun de création.

SALAM

L’Eglise Evangélique/Réformée Espagnole s’est intégrée au projet SALAM de la « Merced Migraciones » pour lutter contre les stéréotypes et les préjudices, en vue d’éradiquer les situations discriminatoires dans la vie quotidienne. Une partie de ce projet est l’inclusion de la IEE dans le réseau des Entités Formatrices  en vue de développer pour une partie le cours de base de prévention de l’islamophobie et de la discrimination pour des motifs religieux, composé d’une cinquantaine d’heures, et de  de l’autre former des agents de prévention. Également, nous allons contribuer au développement d’un manuel pour la formation de ces agents. Notre Eglise poursuit son engagement contre toute forme de discrimination et en particulier contre les discours de haine et toute forme de ségrégation pour des motifs religieux.