Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Informations de la Commission Permanente

Source : InfoCP 108, septembre-novembre 2019

La Commission Permanente de la IEE s’est réunie du 19 au 21 septembre 2019, dans la Casa Betania, à Alicante.

78e Synode général de la IEE : « Proclamer l’Espérance », 150 ans de témoignage protestant (1869-2019)

Note du traducteur : au moment où nous traduisons cet article du Pasteur Alfredo Abad, président de la IEE, en vue du Synode, celui-ci n’a pas encore eu lieu. Ce No 350 de l’Etoile du Matin devrait paraître après le Synode.

Perspectives synodales

Nous serons réunis prochainement en Synode (du 31 octobre au 3 novembre) et notre attente ne peut être tournée que vers la joie de nous retrouver et de célébrer notre communion et notre synodalité. Le Presbytère de Levante a préparé avec soin notre accueil et fait en sorte que nos conditions de travail soient excellentes, de telle manière que nous puissions nous concentrer sur les tâches qui vont nous occuper en Synode : notre mission et notre témoignage de Jésus-Christ.

L’évènement de ce 150e anniversaire est une occasion spéciale pour mettre en lumière la constitution de notre Eglise en 1869. Quand nous réfléchissons sur ce que nous pouvons mettre en évidence, de notre contribution comme Eglise ou de ce que nous apporte notre manière d’être Eglise, nous nous voyons comme portés par la devise « Proclamer l’Espérance », avec une référence dans le prophète Esaïe : « Une voix crie dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ». Il y a quelques jours je réalisais une entrevue sur Francisco de Paula Ruet, un des premiers pasteurs en Espagne au XIXe siècle. Il ressort qu’une de ses principales préoccupations était le témoignage. Né à Barcelone, il connut le protestantisme grâce aux Vaudois d’Italie en 1853 et son travail se déploya non seulement comme pasteur et prédicateur, mais aussi comme fondateur d’écoles avec une profonde préoccupation pour la formation théologique. Il mit en évidence que dès ses premiers jours notre Eglise eut toujours un programme missionnaire, social et théologique, pastoral, engagée dans la propagation de la foi comme une alternative dans la liberté.

Aujourd’hui, notre programme reste marqué par ces mêmes principes, une ample connaissance de tout ce que Dieu est, comme disait Calvin, et qui se traduit dans le bien-être des personnes dans toutes leurs dimensions. La seconde question que je veux relever est que cette année nous avons une représentation internationale très importante, qui a toujours été présente, mais le nombre de visiteurs est important.

Dans leur majorité ce sont des personnes qui travaillent avec nous dans chacun des secteurs qui, par les temps qui courent, nous conduisent à rendre témoignage. Ils vont participer avec nous dans une communion qui va au-delà de la visite, étant des « lettres vivantes » de tout un cheminement qui se concrétise dans ces jours synodaux. L’Espérance n’est pas une question d’illusion ou d’émotion, mais un engagement avec ce que Dieu veut pour chaque vie, de salut, de liberté et de plénitude. Une réalité qui se fait présente et avec laquelle nous travaillons, car l’Espérance se construit, se cultive, s’édifie, s’enracine, comme dans la vocation du prophète Jérémie, bien qu’il y ait encore d’autres aspects à traiter.

Ce message consistant à tenir une parole prophétique ne peut être plus clair dans la société dans laquelle nous vivons, pour tout ce qu’il y a à combattre de violence, d’injustice et d’exclusion. En même temps c’est une parole prophétique qui ne se laisse pas assombrir par les ténèbres de la désespérance, du désenchantement et de l’indifférence. Nous travaillons pour le Royaume de Dieu, et le Royaume est Espérance. Proclamer c’est nous placer dans les mains de la Grâce, parce que nous ne la produisons pas, mais à force d’élever la voix nous nous élevons par-dessus la médiocrité, pour le dire ainsi, prophétiquement, que Dieu transforme et change, car en Lui est notre confiance et notre Espérance. L’histoire de notre Eglise est une histoire de hérauts, de messagers, d’hommes et de femmes qui ont fait de leur vie une petite lumière qui signale le message de l’Evangile, de la Bonne Nouvelle.

Pasteur Alfredo Abad President de la Commission Permanente de la IEE

Réunion du Presbytère de Levante

La Commission Permanente s’est réunie avec des responsables du Conseil du Presbytère de Levante et de la Commission du 78e Synode général de la IEE. Cette réunion s’est déroulée dans une ambiance cordiale et fraternelle. Le président du Presbytère, Daniel Manzanas, donna une description très claire de la vie de ce Presbytère, concernant chacune de ses communautés, avec leurs forces et leurs faiblesses; l’attention pastorale à l’égard des congrégations très différentes quant à leurs langages, les traditions, l’implication sociale, les formes de témoignage ; des congrégations situées à des distances notables les unes des autres ; la situation économique à laquelle petit à petit on se trouve confronté ; les défis à court et à moyens termes ; et les plans pour l’avenir, tels furent les thèmes qui furent abordés pendant cette rencontre. La Commission Permanente mentionna les actions que l’on est en train de mener quant à la recherche de solutions pastorales et économiques pour appuyer les possibilités de présentation de projets qui supposent un subventionnement visant à réduire ces manques. Il faut souligner la motivation, l’engagement et l’élan que ce Presbytère est en train de démontrer dans l’organisation du 78e Synode général de la IEE. La Commission Permanente réitère sa volonté de maintenir un dialogue et une approche indispensables afin de développer le travail de témoignage et de service dans chacune des communautés du Presbytère de Levante. Nous demandons à Dieu la sagesse et la direction pour être ses constants et fidèles serviteurs.

Direction de la Faculté de théologie, SEUT

La Commission Permanente considère que la Faculté (SEUT) est une partie fondamentale de notre Eglise et l’une de nos institutions significatives. Cette institution, comme beaucoup d’autres, connaît actuellement une situation économique compliquée. Cela mettait en danger la continuité du SEUT, de telle sorte que la Commission Permanente a décidé de s’impliquer plus activement. Il n’est pas facile de trouver un doyen qui puisse assumer la charge de la Faculté, car nous étions conditionnés par deux choses : le déficit du budget d’un côté, et rencontrer quelqu’un avec le profil nécessaire pour mener à bien la tâche tout en connaissant l’Eglise et son contexte. Face au difficile dilemme de laisser tomber la FSEUT ou nous impliquer plus à fond dans les responsabilités, nous prîmes l’initiative de rechercher des solutions afin que, dans un accord avec la FFF (Fondation F. Fliedner), nous puissions faire face au défi de maintenir notre Séminaire, qui a déjà 150 ans d’histoire.

Dans ce sens nous avons invité le pasteur Israel Flores Olmos à assumer la responsabilité de doyen, qui dut considérer son emploi du temps avant de prendre sa décision, vu ses autres engagements dans l’Eglise de Grenade et dans le secrétariat de la IEE. Ainsi donc, nous l’avons invité à collaborer d’une manière fraternelle et volontaire alors que nous devions prendre une décision et que nous étions en recherche d’une personne qui puisse assumer cette tâche à la tête de la Faculté. A la suite d’une réunion au mois de juillet avec le Comité exécutif de la FFF et ensuite avec le Conseil académique, s’impliquant davantage face aux défis et dans les affaires de la Faculté, dont il a été professeur depuis quelques années, le pasteur Israel Flores Olmos accéda pleinement à la fonction de doyen.

Cette décision, que nous avons considérée comme positive tant du point de vue de la Commission Permanente que de celui du Comité Exécutif de la FFF, avec le plein appui du Conseil académique de la Faculté, nous a conduits à prendre d’autres décisions concernant l’Eglise de Grenade, où nous avons demandé à la pasteure Eva Dominguez Sosa de devenir titulaire du poste pastoral, comme nous l’avons exposé dans d’autres lignes de cet infoCP 108.

Respectivement face à  la FSEUT, nous avons décidé avec le Comité exécutif de la FFF de continuer de travailler ensemble en vue de rechercher des appuis économiques qui soutiennent le travail et le fonctionnement de notre Faculté. Etant donné que le déficit de la FSEUT continue à être considérable, nous avons pris la décision d’entente avec le Comité exécutif de la FFF que le nouveau doyen travaillerait à 60 % dans cette charge, compte tenu de ses autres activités. Pour aller plus loin au sujet de la bonne marche de la FSEUT, le propre Comité exécutif s’impliquera dans un soutien au nouveau doyen en la personne du professeur de la FSEUT Avelino Martinez. On pourra aussi compter, dans l’équipe pédagogique, sur la remarquable contribution du Prof. Dr. Pedro Zamora dans le suivi de la CACTTP (Commission d’Accréditation, FEREDE), sur le Prof. Dr. Sergio Rossel, chef d’études, et sur le Prof. Juan Sanchez.

Nous espérons que cette nouvelle étape de la Faculté sera une bénédiction pour la vie de l’Eglise et pour la consolidation de notre institution théologique, plus que centenaire, en sa vocation d’éduquer, investiguer et diffuser la théologie, comme pour la formation des pasteures et pasteurs aptes aux ministères.

Etat de conflit au sujet des pensions des retraités

Actuellement nous sommes en train de suivre trois cas pour lesquels nous menons des actions judiciaires ; non pas que nous ayons renoncé à aucun des cas présents, mais qu’ils se trouvent dans différents moments de la procédure. Dans un des cas nous avons obtenu gain de cause devant le Tribunal supérieur de justice, avec une sentence qui nous est favorable et nous sommes en train de réclamer son application.

Pour d’autres cas nous avons dû payer toutes les cotisations sociales que nous sommes en train de réclamer, vu que dans notre rencontre avec le Secrétariat d’Etat de la Sécurité sociale il a été reconnu que cela était incorrect. Finalement, pour un troisième cas, les autorités continuent à nier la discrimination ; nous avons présenté une demande auprès du Tribunal constitutionnel et le pas suivant sera de saisir le Tribunal des Droits Humains de Strasbourg qui nous donnera à nouveau raison.

La campagne des Eglises européennes a suivi son cours et des lettres depuis la France, la Hollande, l’Allemagne, l’Italie, etc., sont parvenues chez les différents ambassadeurs sollicitant une réponse et donnant de la visibilité à notre situation. Le problème de ne pas avoir un Gouvernement qui fonctionne à plein rendement nous a conduits à intervenir pour poursuivre notre réclamation face à l’établissement de la loi en 2015 de manière néfaste et inapplicable. En cela nous avons eu gain de cause avec l’appui de la FEREDE dans une sentence du Tribunal Suprême.

C’est une course de fond et nous restons persévérants, confiants et déterminés dans la lutte afin que la justice advienne pour nos aînés et que nous puissions dépasser la discrimination contre les pasteurs et les pasteures protestants. Au plan international, la dernière présentation que nous avons faite de ce cas a été auprès de l’Agence européenne des Droits fondamentaux, dans une session sur le litige stratégique. Le plus important pour nous dans ce cas fut de mettre en évidence notre procès comme exemple de blocage que le manque de volonté politique peut faire exercer, malgré les organismes européens de défense des Droits Humains.

Nouvelles situations pastorales

La Commission Permanente ayant travaillé ces dernières années au plan de la mission, elle a étudié les diverses réalités et scénarios prévus dans les Presbytères (régions ecclésiastiques) de notre Eglise. Nous avons été à l’écoute des besoins et examiné les problématiques pour ensuite tenter de proposer des réponses, des pistes de solutions possibles. A partir de la Commission des ministères, on a développé différentes initiatives qui font état d’une nouvelle situation pastorale dans notre Eglise.

Eglise del Buen Pastor, San Fernando

Dieu voulant et à la suite des contacts tant avec la communauté locale qu’avec le Presbytère d’Andalousie, en novembre aura lieu l’installation du pasteur José Burguillo.

Eglise de Jaca

Cette communauté sera desservie à partir de l’Eglise de Zaragosse, avec le pasteur Agusto Gil Milian.

Eglise de Santander

Elle sera sous la responsabilité directe de la Commission des ministères et de la Commission Permanente, qui sont en train d’élaborer un plan de suivi et de mission pour la communauté cantabrique.

Eglise del Redentor, Malaga

Après une année de pratiques de supervision, la congrégation et le Presbytère ont sollicité la consécration et l’installation du  candidat au ministère pastoral Ruben Bernal, qui se feront en novembre 2019.

Eglise San Pablo, Grenade

Suite à la nomination du pasteur Israel Flores comme nouveau doyen de la Faculté de théologie (SEUT), les consultations préalables avec les personnes intéressées, au plan de la congrégation et du Presbytère, ont permis de désigner la pasteur Eva Dominguez comme titulaire du poste pastoral.

Eglise de la Siesta, Torrevieja

Suite à la retraite du pasteur Keith Brown, le poste pastoral fut assumé par Tere Sancho. On est en train d’organiser l’incorporation d’un « serviteur fraternel » de l’Agenda (ou Agence ?)  des ministères globaux de l’Eglise Méthodiste Unie. Nous rendons grâce à Dieu de pouvoir recevoir ainsi les services des personnes nécessaires dont nous avons besoin pour accomplir la mission qui nous revient comme Eglise.

Iglesia Evangélica Española

semper reformanda

iee-protestante.org