Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Discours du président de Pro Hispania au Synode de Barcelone

Barcelone 12-15 octobre 2017

Monsieur le président, chers membres du Synode, chers collègues et amis,

C’est pour moi un plaisir d’être ici et de participer à cette cession de votre Synode en représentant PH et les Eglises Réformées suisses. 2017 est une année où l’histoire du protestantisme reprend ses droits, une histoire dans laquelle nous trouvons nos racines spirituelles communes, que nous soyons d’Allemagne, d’Espagne, de France, de Suisse ou d’ailleurs…

Ce 500ème anniversaire de la Réforme donne à tous le sentiment d’être bénéficiaire d’un même héritage, où le retour à l’Evangile a suscité cette merveilleuse liberté des enfants de Dieu, selon l’épître aux Galates : « C’est pour que soyons vraiment libres que Christ nous a libérés ».

Cette liberté que donne la justification par la foi seule a été mise à mal au fil de l’histoire parce qu’elle avait pour objectif de rendre à l’être humain sa dignité et sa responsabilité, remettant en cause tous les pouvoirs asservissants, religieux ou politiques. Le protestantisme espagnol en sait quelque chose ; vous avez une expérience exemplaire dans ce domaine.

C’est pourquoi après la guerre civile, en 1939, Pro Hispania s’est constituée comme une Association Franco-Suisse pour apporter son soutien aux Eglises protestantes, notamment en Espagne spécialement pour la IEE. Il n’y a eu avant moi que trois présidents depuis 1939 : le pasteur Charles Brütsch, qui fut pasteur à Barcelone pour les communautés protestantes de langues allemande et française et ensuite pasteur à Berne, le pasteur Pierre Lombard de Genève, celui grâce auquel nous avons pu publier en 2016 le catéchisme de Jean Calvin, en espagnol de 1550, avec le concours de la Fondation Fliedner. En effet, le pasteur Lombard mit à notre disposition un exemplaire original qu’il possédait du catéchisme de 1550, afin que nous puissions procéder à sa numérisation. Depuis 1983 le pasteur Antonio Cesari a présidé l’Association, jusqu’en 2006, année où j’ai repris la présidence.

Les racines spirituelles et théologiques de Pro Hispania sont encore plus anciennes, puisqu’on peut les trouver au début du XXème siècle, avec la publication de la revue « l’Etoile du Matin » depuis 1908, sous la responsabilité du pasteur Albert Cadier de l’Eglise Réformée de France qui mena à bien la Mission du Haut Aragon dès 1906. L’Etoile du Matin avait été créée pour soutenir cette Mission. La revue, dont je suis le rédacteur depuis 2011, a évolué au fil du temps en s’adaptant aux différentes époques, mais en conservant son objectif lié à Pro Hispania : donner de  l’information et des articles de fond sur le protestantisme espagnol et sur la IEE aux lecteurs de langue française afin d’entretenir une solidarité avec notre Eglise sœur en Espagne, même si le nombre de lecteurs a baissé avec le temps. 353 numéros ont été publiés depuis l’origine. Le No 354 sera publié après ce Synode.

Vous avez choisi comme titre de votre Synode le slogan des réformés : Ecclesia reformata semper reformanda est », la fameuse phrase latine qui ne fut pas inventée par les Réformateurs, mais par leurs successeurs. Elle dit en tout cas bien l’esprit de nos Eglises réformées qui ont su rétablir avec vigueur la dignité de l’être humain, sa liberté, sa créativité spirituelle, intellectuelle, culturelle et sociale pour le bien du plus grand nombre et, comme je le dis dans la préface du Catéchisme de Jean Calvin de 1550, faire honneur aux racines historiques communes     qui ont donné le jour à des valeurs qui nous sont chères et qui nous inspirent encore aujourd’hui au nom de la liberté créatrice que l’Evangile du Christ suscite en nos cœurs, en communion de foi et d’esprit. Soli Deo Gloria.

Fausto Berto