Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Tous les êtres humains sont dignes du même traitement

Source : Lupa protestante, 30 janvier 2021, Ignacio Simal

« Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres selon ce monde, afin qu’ils soient riches en la foi et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment? » (Jacques 2: 5 ). Il y a quelque temps, j’ai parlé à un groupe d’étudiants du protocole de contraste établi par l’Évangile. Un protocole où les derniers sont les premiers, et les premiers sont les derniers. Cette étiquette de contraste est magnifiquement décrite dans la lettre de Jacques (1 : 9-11 et 2: 1-5). C’est pourquoi quiconque entre dans un espace chrétien, celui que nous appelons « église », se rend compte qu’il entre dans une réalité sociale alternative, véritable bonne nouvelle du monde nouveau selon Jésus de Nazareth.

En lisant le journal de George Fox, père des Quakers, j’ai trouvé un paragraphe délicieux qui met en évidence le protocole de contraste dont j’ai parlé :

De plus, quand le Seigneur m’a ordonné de faire le tour du monde, il m’a interdit d’ôter mon chapeau devant quiconque, humble ou puissant, et m’a demandé de considérer tout homme ou femme, sans distinction entre grands ou petits, riches ou pauvres. En voyageant d’un côté à l’autre, je ne devais pas saluer les gens en faisant des compliments, ni me prosterner devant quiconque, ce qui rendait toutes les sectes et professions en colère (Journal de George Fox).

Le protocole de contraste correspond à une foi qui ne fait pas acception des personnes, car elle considère tous les êtres humains comme égaux en dignité et méritant le même traitement. L’étiquette de contraste irrite l’Empire-monde et les institutions attachées à lui ! Et il les met en colère parce qu’il navigue à contre-courant.

Ce n’est pas pour rien que l’Esprit Saint nous dit : « Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ soit sans acception de personnes. Si, en effet, un homme entre dans votre assemblée avec un anneau d’or et des vêtements magnifiques, et qu’un pauvre entre aussi avec un vêtement en lambeaux, et que vous regardiez avec plaisir celui qui porte des vêtements splendides, et que vous lui disiez : Assieds-toi ici dans un bon endroit, et que vous disiez au pauvre : Tiens-toi là debout, ou assieds-toi par terre sous ma protection ; ne faites-vous pas des distinctions entre vous, et vous devenez des juges avec de mauvaises pensées ? » (Jacques 2: 1-4). Oh, Jacques ! Oui ! Tous les êtres humains sont égaux en dignité, et ils méritent le même traitement ! Alléluia !