Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Nouvelles inventées dans les médias protestants

Source : Lupa protestante, 31 mars 2018, Ignacio Simal
(rubrique éthique, opinion)

Respecter les principes éthiques qui devraient régir le journalisme est fondamental et basique. Si cela est important dans les médias séculiers, à combien plus forte raison dans des médias définis comme chrétiens. Vérité et précision, équité et impartialité, humanité et responsabilité sont les principes de base du journalisme, tels qu’on les trouve dans le blog « Etica Segura ». Bien, mais il existe des médias protestants évangéliques dans lesquels ces principes, spécialement dans certaines nouvelles, sont ignorés. Dans le blog signalé précédemment il est mentionné que « nous devons toujours lutter pour la précision, respecter les données pertinentes que nous avons sur les faits et garantir qu’elles ont été vérifiées. Par ailleurs il faut différencier ce qui relève d’une information (nouvelle) de ce qui relève d’une opinion.

Il est existe des médias qui publient ce que j’appelle des « nouvelles inventées ». Je m’explique : un lecteur avisé sera capable de discerner ces « nouvelles », tandis qu’un lecteur plus commun pourra croire que tout ce qu’il lit est la vérité (car après tout c’est publié dans un média chrétien), sans s’arrêter à penser que ladite « nouvelle » n’a pas pour but d’informer, sinon de disqualifier ou placer telle personne ou telle institution sur fond de jugement. Dans le blog cité plus haut on dira que les journalistes « ne doivent pas porter atteinte à qui que ce soit ». Ce qui est publié peut être blessant, et nous devons être conscients de l’impacte que peuvent avoir les images et paroles dans la vie des autres. Et évidemment, dans ces « nouvelles inventées », le rédacteur est conscient (à moins qu’il ne soit stupide) des dégâts qu’il va causer. Je n’ai pas le moindre doute, je me répète, que l’objectif est de  blesser, discréditer une personne ou une institution. Cette manière d’agir est en contradiction avec la plus élémentaire éthique chrétienne.

A titre d’exemple je signalerais une nouvelle publiée il y a quelques années dans « Protestante Digital » (P+D). Je voulais le faire avec un article plus récent, mais je ne veux pas jeter de l’huile sur le feu de ces dernières semaines. Attention ! Je tiens à souligner que vous êtes en train de lire un article d’opinion. La nouvelle en question remonte à l’année 2014. Observons le titre :

Rencontre de « protestants inclusifs » à Barcelone : un collectif, lié à l’église de Béthel de la IEE en Catalogne, qui défend la reconnaissance ecclésiastique du mariage homosexuel dans les églises protestantes.

D’entrée de jeu, je n’arrive pas à deviner quel intérêt peut avoir une nouvelle qui mentionne la rencontre d’un petit groupe de personnes, ainsi qu’à savoir qu’elle source fut utilisée pour affirmer que ce groupe était lié à l’église où je suis pasteur (si je l’avais été, je n’aurais point à en rougir). Je dois dire que l’écrit de P+D est faux, car ce groupe ne fut jamais associé ou relié à mon église, ni à la IEE, sinon que nous lui prêtons un espace afin qu’une fois par mois il puisse se réunir. On publie donc comme certaine une information non vérifiée. D’une part, la photo qui illustre la « nouvelle » montre la façade de mon église, et non pas la réunion désignée par la « nouvelle » (c’est symptomatique !). D’autre part, on associe sans aucune pudeur l’église de Béthel et la reconnaissance du mariage homosexuel (Olé pour le rédacteur) : la confusion est totale. En lisant cette « nouvelle », nous voyons le véritable objectif : porter atteinte à des personnes ou à des institutions par la construction d’une « nouvelle inventée », visant l’Eglise Evangélique/Réformée Espagnole, l’Eglise Evangélique/Réformée de Catalogne, « Lupa protestante ». Je souligne que la revue informatique est dirigée par mon épouse, Joana Ortega Raya, une donnée que P+D ne mentionne jamais, se bornant à additionner des éléments qui viennent fortifier l’objectif très peu honorable cité plus haut.

Dans les « nouvelles inventées », l’information qui n’en est pas une est une excuse pour manipuler et tordre des données au service du véritable objectif. De là à dire que toute nouvelle provenant d’un média comme P+D doivent être maintenue en quarantaine, il ne pas passer la mesure. Et je termine par ce qui est dit au début de cet article : respecter les principes éthiques qui doivent régir le journalisme est quelque chose de basique. Si cela est important dans les médias séculiers, à combien plus forte raisons dans ceux qui se définissent comme chrétiens.

Ignacio Simal