Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Une tâche inaccomplie, Enric Capo

Une tâche inaccomplie.

La tâche inaccomplie demeure celle de notre vie. Ce n’est pas une nouveauté. Nous le savons tous. Le jour viendra où nos yeux se fermeront à jamais et notre corps retournera à la poussière. Alors, tout sera terminé. Notre vie ici sur terre aura été fixée pour toujours, un souvenir qu’on oublie. Avant qu’une génération soit passée, nous ne serons qu’un nom dans un registre que personne ne lit. Mais—et voici notre espérance—nous serons dans la mémoire et la réalité de Dieu.

Pour le moment, ce moment final de la vie n’est pas encore advenu et nous ne sommes pas pressés qu’il advienne. Nous sommes là et la tâche inaccomplie n’est pas d’attendre la fin de la vie, sinon de la perfectionner pour en faire ressortir toute la substance, en bénéficier de manière pleine et joyeuse. Cette vie vient de Dieu et alors qu’il nous la donne nous avons à la vivre dans la joie et la liberté des enfants de Dieu. Mais cela n’est pas toujours possible. La vie, nous en jouissons et nous la souffrons en même temps. Elle a ses lumières et ses ombres, ses sourires et ses larmes. Chacun de nous monte dans le train de la vie dans des lieux différents et nous la vivons de multiples manières. Certains ont toutes les commodités des voyageurs de première classe et d’autres voyagent agrippés aux marchepieds, risquant de tomber. Ici n’entrent en ligne de compte ni droits ni lois. Les choses sont ce qu’elles sont et nous n’avons aucune explication de tout cela.

Cependant, ce que Paul nous dit dans son épître aux Romains au cinquième chapitre, c’est que, pour le croyant, il y a un ici et maintenant qui se trouve marqué par l’amour du Christ. Certes, c’est un ici et maintenant fragile et parfois douloureux, mais qui se trouve plein d’espérances et d’ouvertures possibles. La vie est une tâche qui ne se termine jamais, un effort qui n’est jamais inutile. C’est la tâche de donner du contenu et du sens à la vie. Paul se base sur sa réalité : l’affliction et la tribulation. Mais il a cette capacité de ne pas les voir de manière négative, sinon comme des occasions de croissance. Il peut même y voir des motifs de gloire. La tribulation le renforce dans sa patience, sachant que, quoi qu’il arrive, la victoire finale sera la sienne. Cette assurance lui donne de la force, de la qualité de vie, pour vivre l’espérance en plénitude. C’est toute une démarche de formation de la personne où toutes choses deviennent « utiles » pour la faire avancer. Une tâche qui comprend la volonté d’aider ceux avec lesquels nous partageons notre vie ; c’est tout un programme d’action.
La tâche inaccomplie est celle de ma vie. Alors que je suis là, tant avec les choses faciles comme avec celles qui sont difficiles, tant avec mon espérance de vie qui peut être courte ou longue, et je dois poursuivre ma tâche, perfectionner ma vie, lutter pour qu’elle soit pleine et qu’elle serve d’aide et de bénédiction à ceux qui vivent dans ma proximité, profitant de toute ses ressources. Et je suis sûr que, au moment où Dieu me la demandera avec son incomplétude, Lui-même la perfectionnera et Lui donnera sa plénitude finale.

Enric Capó