Pro Hispania
Association Suisse des Églises Protestantes

Département de l’oecuménisme de la IEE

Juan A. Medrano, Directeur du Département de l’oecuménisme de l’Eglise Evangélique Espagnole. 
Communiqué du 16 février 2011.

Une série de micro interviews ont été faites auprès des différents directeurs des départements de la IEE afin de les faire connaître ainsi que leurs objectifs respectifs. Le pasteur J. A. Medrano exerce son pastorat au sein des églises de Sants et Santa Coloma de l’Eglise Evangélique de Catalogne.

Il est licencié en études ecclésiastiques par l’Université pontificale « Comillas », et a poursuivi ses études supérieures en théologie au The Open theological College (SEUT). Il est président de l’Association « Colomenca »pour le dialogue interreligieux et directeur du Réseau de la diversité des croyances et des convictions de Santa Coloma de Garmenet. 
En quoi consiste le Département que vous dirigez ?

Le Département de l’œcuménisme est un outil d’analyse et de réflexion sur la réalité œcuménique de la IEE (Eglise Evangélique Espagnole) pour établir des critères œcuméniques et de dialogue interreligieux comme interculturel. 
Quels sont ses objectifs ?

Nous voulons stimuler la compréhension de l’œcuménisme, aider à identifier les différentes dimensions qui l’influencent et les implications fondamentales d’une attitude œcuménique. Il s’agit de fortifier sa propre identité à partir de la connaissance, de la reconnaissance et du respect de l’autre.

Comment le Département peut-il se mettre au service des presbytères (régions ecclésiastiques) de la IEE ?

Nous croyons que nous pouvons donner de la formation et de l’information qui puisse aider à établir des critères de base de participation, enracinés dans une idée la plus claire possible de ce qu’est une attitude œcuménique et à quoi elle sert. 
La configuration actuelle de notre société nécessite des outils qui renforcent le vivre ensemble dans le respect de la diversité. Nous croyons que l’Eglise, dans sa vocation missionnaire, comporte cette tâche de construction de relations vitales empreintes d’acceptation et de respect. Cela est possible uniquement à partir de la connaissance et de la reconnaissance de ceux qui pensent différemment, croient différemment, mais qui travaillent également en faveur du vivre ensemble, de la paix et de la justice.